Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

La logique de l'extravagance (Vies conjugales)

Il est toujours délicieux ce moment où l'on ouvre un recueil de nouvelles de Bernard Quiriny. Il n'y a guère d'équivalent, dans l'univers francophone, à cet écrivain d'origine belge, docteur en droit par ailleurs, ce qui explique peut-être l'une de ses grandes forces en tant qu'auteur, à savoir créer des microcosmes imaginaires avec un sérieux de pape et une logique infaillible, quel que soit le degré de fantaisie et d'incongruité de ses trouvailles. Quiriny est un artiste de l'absurde, un virtuose du burlesque, un maître du fantastique, un as de l'extravagant. Ses idées sont dingues mais les petites histoires qu'il en tire sont cohérentes dans leur développement et leur chute. Un maître de la nouvelle, donc, ses romans étant plutôt décevants dans l'ensemble, et qui s'est notamment surpassé dans Contes carnivores. Son nouveau recueil, Vies conjugales, est souvent jubilatoire mais il y a cette fois quelques baisses de régime dans certains des 22 textes proposés, dont la taille est variable, de 2 à une quinzaine de pages. C'est difficile à expliquer mais on trouve dans Vies conjugales un peu moins de verve et de douces divagations qu'à l'accoutumée. Le plaisir est moindre mais il n'est pas absent du tout, bien heureusement. Bernard Quiriny reste un auteur précieux et assez unique en son genre, qui mériterait davantage de succès dans les librairies.

 

 

L'auteur :

 

Bernard Quiriny est né le 27 juin 1978 à Bastogne. Il a écrit 9 ouvrages (romans et nouvelles) dont Contes carnivores et Le village évanoui.

 



17/04/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres